We Are the Night
HD, color, stereo sound, 3’08”

"We Are the Night" est une expérimentation sur le protocole de tournage. Il s'agit d'établir une forme de mise en scène participative, afin d'engager les spectateurs dans la création d'un moment cinématographique. Mon intention est ainsi d'interroger l'écriture d'une scène filmique.

Je suis fascinée par l'usage du feu dans le cinéma d'Apichatpong Weerasethakul.
Des flambeaux allumés au coeur de la jungle, des feux de végétaux dressés dans les champs, ou des enfants qui jouent avec des boules d'herbes enflammes: telles sont des images qui m'ont marqués dans ses oeuvres. Chez lui, la lumière du feu renvoie manifestement la naissance du cinéma primitif. Une fois que l'Homme apprend contrôler cette source de lumière, il parvient repousser l'obscurité, multiplier les ombres, et apprendre ainsi à contrôler l'image.

Durant mon séjour à la résidence d'artiste à Nong Khai (Thaïlande), le mythe du Nâga ma également attiré. Il s'agit dune créature mythologique d'origine hindoue,
représente sous la forme d'un grand serpent. Le phénomène des boules de Nâgas
(boules de lumière surgissant sur le fleuve du Mékong pour ensuite s'envoler dans les airs) qui se déroulent régulièrement à la saison des pluies, servent de médiums qui permettent d'imaginer l'existence des Nâgas. S'il existe des hypothèses scientifiques pour expliquer la genèse de ces boules de lumière, produites de manière régulière sur une durée limitée de l'année, ce phénomène reste mal compris. Ironiquement, ce phénomène est devenu mal vu depuis qu'un programme de la télévision Thaïe a soulevé le débat en mettant l'hypothèse de tirs de balles traçantes par larme laotienne.

Ce qui m'intéresse, c'est la capacité humaine d'interpréter librement un élément, un phénomène, une image ou une scène: c'est-à-dire de prélever et combiner des sources multiples dans le but d'engendrer une représentation.

Profitant du paysage offert par les rives du Mékong lors dune exposition (Toom) à Nong Khai, j'ai eu recours des lanternes célestes pour inviter le spectateur se glisser dans une situation, manipuler l'élément feu, et ainsi créer une scène. Les lanternes volantes, qui sont en fait des ballons air chaud, se retrouvent dans différentes cultures asiatiques et mme occidentaux. Elles possèdent des usages divers (signalisation militaire, symbole de chance ou de bonheur, jeux pour enfants)
et permettent d'ouvrir le champs des interprétations possibles.

la tombe de la nuit, les gens se rassemblent au bord du fleuve Mékong pour jouer avec les lanternes célestes. Ces sources de lumières tenues du bout des doigts se voient investies d'un sens particulier propre chacun (faire un vu, créer une nouvelle toile, lancer une guerre virtuelle contre le Laos, etc), et ces nombreuses lanternes qui s'élèvent dans les airs de manière désordonnée offrent au ciel nocturne un décor spectaculaire.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

"We Are the Night" 是為泰國媚公河岸傳說所策劃的一個拍攝協定計劃。

在泰國北部Nong Khai駐村時,對當地的那伽(Nâga)神話產生好奇。傳說每年十月在媚公河上出現的神秘火球,正是巨蛇那伽的顯靈。 然而當泰國電視報導媚公河的神秘現象,其他地區的觀眾卻將火球的出現,解釋為鄰居寮國對泰國的挑釁。

當地傳說與現象的地域間解讀差異讓我著迷不已,遂利用在當地市場找到的天燈,邀請當地居民⼀起企圖再現火球現象。有趣的是,對於來自台灣的我來說,放天燈是屬於節慶祈願活動,然而對於當地居民與其他國籍參與者,天燈卻各不同的文化意義與回憶。也因此,放天燈的過程像是成為⼀種對參與者的記憶召喚。來自不同文化經驗的我們,手中的天燈有著不同的意義,可以是⼀種向鄰國(寮國)宣戰的手段,也可以是幸福的象徵。